Voir le catalogue
Recherche
 
Lettre d'infos
Votre e-mail


Vous êtes :





   


Quand le requin dort
Quand le requin dort

traduit de l’italien par Françoise Brun

«Littérature étrangère»
Date de parution : 04-03-2010
160 pages
isbn : 9782867465383
15 €



 Version numérique
  Prix : 7,49 €
  ISBN ePub : 9782867466052

       COMMANDER

 


Sardes depuis le Paléolithique supérieur, les Sevilla-Mendoza ignorent la normalité. Un père entiché de voyages lointains, une mère perdue devant la vie, une tante plongée dans des amours sans lendemain, un frère sourd à tout sauf à son piano. Celle qui décrit l’étrange et attachante ambiance familiale, avec une impassible candeur, est une adolescente engluée dans une liaison inavouable… Une liaison qu’elle cache à sa famille, où pourtant on parle d’amour et de sexe sans inhibitions. On y parle aussi de Dieu, dont on n’arrive pas à décider s’il existe ou pas. Plutôt qu’à lui, autant s’en remettre à la superstition pour affronter les dangers de l’existence. Celle-ci se déroule comme si on était dans la gueule d’un requin. Un requin qui vous enserre entre ses dents et vous empêche de vivre. On essaye d’en sortir quand il dort…
Dans ce livre, le plus poignant de Milena Agus, on retrouve sa voix inimitable, capable de toutes les audaces.


À propos

«Il y a quelque chose de fabuleux dans ces pages des origines : tout l’univers de Milena Agus est là, comme à l’état d’ébauche.»Télérama
«On lit tout cela comme on écoute une petite musique envoûtante...» Marianne
«Comme l’oiseau fait son nid, Milena Agus construit ses livres avec des brindilles de mots et des esquisses de situation. A l’arrivée, son improbable échafaudage est étonnamment charpenté et d’une grande force narrative. Grâce à une galerie de personnages hors normes et au vent de folie qui l’anime, ce nouveau conte cruel bouleverse et ravit.» Le Nouvel Observateur
«Un livre déroutant au timbre inoubliable.» Biba
«Sa sensibilité extrême magnifie les décors crasseux, les destins ratés. Par petites touches, elle recrée un monde, son monde, son île, sa mer, dont elle peut sans peine décrire toutes les nuances.» Le Figaro Magazine
«Tendre autant qu’étrange, inquiétant parfois, amalgame subtil et déroutant de candeur naïve et d’âpre lucidité, ce premier roman porte la voix d’un auteur que la France a déjà appris à connaître et aimer depuis Mal de PierresLe Point
«Chevillée corps et âme à sa chère Sardaigne, Milena Agus y moissonne une œuvre pleine de contrastes délicats, entre ombre et lumière.» Lire
«On reste séduit par la jolie métaphore du requin qui dort : entre deux claquements de dents du destin, mieux vaut savoir saisir sa chance.» La Vie
«L’amour, la mort, l’ardeur, le malheur y dansent un quadrille plus fiévreux encore que dans ses autres textes.» Le Figaro Littéraire
«Un livre d’une infinie tendresse qui aborde des sujets difficiles avec beaucoup de poésie. Un coup de maître.» Métro
«Un formidable roman qui grince et qui émeut.» VSD
«Milena Agus enseigne, dans ce premier roman, la plus grande audace à notre époque : la simplicité. Son écriture dépouillée, expurgée d’épanchements, imprime une intimité précieuse et fait régner une sorte d’innocence mozartienne.» Sud-Ouest Dimanche
«Une façon très personnelle de dire, dans des récits éclatés, d’une prose vive, l’impatience des corps, l’amour comme absolu, la singularité des êtres, seule façon de résister dans un monde à la dérive.» La Montagne
«Probablement le livre le plus poignant de Milena Agus où sa voix inimitable est capable de toutes les audaces avec une simplicité presque enfantine.» La Gazette du Nord Pas de Calais.
«Un roman initiatique où la noirceur est sans cesse mâtinée d’humour et de soleil.» France soir
«L’auteur prend le monde aux rets de son écriture délicate, procédant par petites touches impressionnistes et cruelles.» Transfuge
«Son écriture particulière, un peu rauque, associe les mots et les images de façon réjouissante autant qu’elle recourt à la superstition pour avancer dans l’existence.»  Le Soir
«Un livre étrange et menaçant, comme un prédateur endormi.» Grazia
«Cette fatalité du destin a quelque chose de durassien.» Livres Hebdo
«Tous les thèmes des livres à venir sont déjà là : la soif d’amour qui étreint ses personnages féminins, leurs doutes en forme d’abîme, la fascination de l’écrivain pour la beauté, la toute puissance de la musique et cet enchantement des objets les plus quotidiens qui nous invite à relire le monde autrement.» L'Hebdo
«Et l’on est bien dans cet univers, notamment grâce à un humour décalé qui éclaire d’un bout à l’autre la noirceur de ce roman initiatique.» Let’s motiv
«Les passions sont le ciment de ce roman, le fil rouge reliant des êtres qui pourraient être ordinaires mais ne le sont assurément pas sous la plume acérée de Milena Agus.» Avantages