Catalogue à feuilleter
Recherche
 
Lettre d'infos
Votre e-mail


Vous êtes :




Après le silence
Après le silence


«Littérature française»
Date de parution : 20-08-2015
14 x 21 cm - 224 pages
isbn : 9782867467844
18 €


 Version numérique
  Format ePub : 13,99 €
  ISBN : 9782867467882

       COMMANDER

 


Entretien filmé par Mollat



Entretien filmé par Page des libraires




«Quand on parle de moi, il y a toujours l’usine. Pas facile de parler d’autre chose.» Dans un monologue destiné au plus jeune de ses fils, Louis Catella se dévoile.
Mouleur syndicaliste aux Fonderies et Aciéries du Midi, il s’épuise dans la fournaise des pièces à produire et le combat militant. Il raconte aussi la famille, l’amour de Rose, le chahut des garçons, les efforts rageurs pour se payer des vacances... Une vie d’ouvrier, pas plus, pas moins. Jusqu’au grand silence du 16 juillet 1974. Louis meurt accidentellement. Et pourtant l’impossible monologue se poursuit, retraçant la vie sans père de ce fils qui n’avait que sept ans au moment du drame. Partagé entre le désir d’échapper à ce fantôme encombrant dont tout le monde tisse l’éloge et la peur de trahir, c’est à lui maintenant de devenir un homme.
Ce roman intense brosse la chronique de la France ouvrière des années 60-70, le récit intime de l’absence, la honte et la fierté mêlées des origines.


À propos

Prix du Premier roman 2015
Prix Eugène Dabit
2015

«Un livre d'amour, profondément marquant. Tout simplement magnifique.» Télérama (lire la suite)
«D'une prose à la fois précise, dense et sensible, qui flirte avec la poésie.» Le Canard enchaîné (lire la suite)
«L'une des voix les plus fortes et les plus émouvantes de la rentrée littéraire.» Le Point (lire la suite)
«Le roman contemporain tente ainsi de redonner une voix au monde ouvrier, de reconstituer son histoire.» Le Monde (lire la suite)
«Il dit l'épuisement des ouvriers raconté depuis l'au-delà par l'un d'eux.» Le Nouvel Obs
«Pudeur et sincérité.» L’Express (lire la suite)
«Une révélation.» RTL
«Un beau récit qui a l’accent de la sincérité.» Le Figaro littéraire (lire la suite)
«Rares sont les livres de ce type qui évoquent sans ambages la réalité sociale au fil d’une écriture fluide, qui n’épargne jamais l’émotion collective et évoque avec empathie un groupe d’hommes et de femmes blessés dans l’espérance.» L’Humanité (lire la suite)
«Servi par une très belle écriture il réveille un univers condamné à disparaître.» Le Parisien (lire la suite)
«Avec ce premier roman qui fait nargue à la littérature trop souvent facile et fâcheusement contagieuse importée des Etats-Unis, la tenue et le renom des lettres françaises y ont gagné. Le lecteur aussi.» La Marseillaise (lire la suite)
«Un beau livre de deuil mais aussi d'affranchissement.» Livres-Hebdo (lire la suite)
«Un hommage rageur et sensible à un working class hero méconnu... et au pouvoir de la littérature.» Zibeline (lire la suite)
«Nostalgique, émouvant, ce texte d’une sensibilité extrême se lit d’une traite.» Onlalu
«Le roman de Castino transforme le beau récit d’une histoire personnelle en une méditation sur l’identité qui parle à tous.» Le salon littéraire
«Roman social mais également roman sur la transmission, ce récit ramassé pourrait bien devenir un classique du genre, à la manière de La Place d’Annie Ernaux ou de Retour à Reims de Didier Eribon.» Toute la culture
«La condition ouvrière y est magistralement décrite.» AFP

«D’une force et d’une pudeur incroyables.» Page des libraires, Librairie Doucet – Le Mans (lire la suite)
«Un livre tendu, qui dégage une émotion sincère, et dans lequel on entre «de plein pied».» Librairie Le Grain des mots – Montpellier, Libraires Initiales
«Un premier roman fort et d’une très grande pudeur qui évoque la lutte des classes et la construction d’un enfant de sept ans dont le père meurt en usine.» Librairie 47° Nord - Mulhouse, Libraires Initiales
«Un premier roman riche en émotions et en réflexions et qui derrière une apparence classique s’avère d’une belle originalité narrative.» Le bruit des livres, Fnac Saint-Lazare
«Un très beau premier roman, juste et émouvant.» L’Arbre à Lettres, Paris
«Après le silence est un premier roman bouleversant.» Histoire de l’œil - Marseille
«Une ode au monde ouvrier. Une ode au père et à la famille. Style, construction, atmosphère: un premier roman marquant!» Les Arpenteurs - Paris
«Un texte pudique, engagé, touchant, merveilleusement construit et écrit.» Librarie Coiffard - Nantes